Prier

Au réveil ces mots se posent sur mes lèvres

Merci pour cette immense journée qui commence ; que le ciel et la terre réunis soient pour nous tous :  éblouissement gratitude et protection!

L'optimisme et la grâce de l'enfant

Sa joie de découvrir le monde comme moi-même et de remercier le ciel et la terre.

 

 

 

Voyage à Cuba / mars 2018 / entre sublime exaltation et consternation objective! en Absurdistan joli

Le tocororo serein et classieux , et un peu frenchy pourquoi pas! il vous éblouira l’emblématique oiseau de cuba / allez-y!Chérie il fait plus frais dans le bar du fumero jacqueline ou je me surcocktailise effrontément avec du  reggaton cubain à la clef oups!cette finca( habité par un guajiro ou une guajira / paysan/ campesinos) comme bon nombre de ses semblables, m’ont touché par leur grâce désespérante.El choteo (la raillerie ): si tu ne souscris pas à ce petit rien familiar et festif tu ne comprendras jamais profondément l’âme cubaine…/Jorge Manach “indagaçion del choteo” Miami,Ediciones Universel,1991 cité par Zoé valdés dans son roman:”la fiction Fidel” Gallimard.

“il y a deux choses que j’aime dans la vie, la deuxième c’est voyager!” Roberto Begnini”.

Chicas calientes? si si même avec les mamas de la Santeria;

“piropo mama!”

 me gusta tan bien Trinidad! sucre &esclaves / ne pas oublier même le temps béni d’une cachanchara ( Run+miel) sublime;Ernest Hemingway vient de sortir on s’en fout…j’en reparlerai peut-être?

Entre temps Daphnée me raconte son rêve de la nuit genre moyen âge avec des chevaux bizarres, un arc, ouah!!!

 

3 Cuc per el turisto pour l’autochtone çà varie 4..5 pesos/ le mojito c’est avec la feuille de menthedu putain de bon café vraiment! le serrano le meilleur.

je ne veux pas oublier le jus de goyave avant le café et la petite omelette / et la saveur de la pina colada, l’ananas qui enchante la pina colada! aussi la fruta bomba : la papaye, el limon: le citron, l’ajanga : l’orange , les petites bananes et les mangues qui ne fondront dans la bouche du voyageur qu’en septembre octobre…

la Malécon se fait plus orageuse aujourd’hui / mais je n’oublie pas non plus ce cher Robert Redford* qui s’est pris un peu la tête( dans une ambiance follement” fitzgeraldienne” donc avec retenue et cela avec lena Olin son amoureuse dans le film :”havana”so glamour que je vous invite à voir ou revoir.

avec Pihilippe , Honfleurois au 1200 plongées! et Corinne Valentine

Don Quichote de la Mancha qui symbolise jusqu’a plus soif le ridicule des conquistadors/ caramba desperado rancherito !

J’oublierai très vite l’infâme leader Maximo ( ” Coma andante ah ah ) caudillo qui préfigure Franco et bien d’autres… reste perplexe avec le Che et respect pour: josé Marti poète et politicien père de l’indépendance; ainsi que Camilo Cienfuego , le brave barbudos cher au coeur des Cubains mais discrétion oblige! et qui aurait peut-être donné à la revolution un tout autre visage : l’histoire ne se récrit pas: un dia Cuba libre si!

Un grand merci à Claude Marthaler ! grand pédaleur sous les cieux du monde entier : “confidences cubaines”,” en roue libre”,”l’homme frontière”…et d’autres ouvrages fameux;

“Voyage à motocyclette , latino americana ” sur le Che ; les mille et une nuits 2007. Les derniers jours de fidel Castro,le testament du Che,Kindle ebook 2013.Cuba Nostra / Alain Ammar chez Plon.”la fiction Fidel”Zoé Valdès Gallimard 2008.”Castro l’infidèle”de Serge Raffy /Fayard 2003.

J’ai lu , hereusement au retour trois livres sur le sujet :dont l’un est “La douleur du dollar ” de Zoé Valdès et qui vous feront comprendre mes doutes sur le régime cubain et qu’ici comme ailleurs , je reste un voyageur observateur et prudent sur ce qui se passe aussi du point de vue soçial et politique.                                                 et aussi Padura avec  son excellent ouvrage:”hérétiques”

anti/pros Intelligence artificielle/Emission Réplique.

Peut-être souhaiteriez-vous, reécouter,  le débat en podcast de “réplique”: vous apprendriez tout ou presque d’un monde très orwellien qui prend son envol?

vous avez encore pour l’instant la possibilité de Jubiler en tournant la clef de votre Tesla, de vous indigner , de vous morfondre, de faire AhAhAh, de tourner la tête et d’apprécier ce que vous vivez ici et maintenant

https://lexpansion.lexpress.fr/high-tech/elon-musk-milliardaire-mi-megalomane-mi-visionnaire_1689175.html

Lu avec beaucoup d’intérèt le livre de Yuval Noah Harari: “Homo Deus une brève histoire de l’avenir” chez Albin Michel.  Le Dataisme,quel enjeu?

3 westerns -à VOIR ou revoir + mon Top 27 avec en bonus une énorme série culte?

  1. Premier duel féminin au pistolet entre la ténébreuse Joan Crawford (des yeux qui me faisaient un  peu peur à l’adolescence ) et Mercedes Mc Cambridge !  “Johny Guitar”(1954) Réal: Nicolas Ray  avec le mémorable Sterling Hayden.
  2. “L’homme sans frontières” Réal.Peter Fonda (1971) avec Verna Bloom et Peter Fonda…
  3. “La horde sauvage” de l’excellent réal. Sam Peckinpath (1969) avec Willam Holden,Robert Ryan.

Top 26:

1976: The Missouri Breaks de Arthur Penn avec Jack Nicholson et Marlon Brando.

1973: L’homme des hautes plaines/ high plaines drifter de et avec Clint Eastwood.

1972:Juge et hors- la-Loi de John Huston avec Paul Newman et Anthony Perkins.

1971:John Mc Cabe de Robert Altman avec le super tandem Julie Christie /Warren  Betty.

1970:Le reptile/ There was a croocked man de Josph Mankiewicz avec Kirk Douglas et Henry Fonda ( un de mes acteurs préférés).

1969: La horde sauvage ( the wild bunch) du grand Sam Peckinpah avec Robert Ryan et William Holden.

1969: Butch Cassidy et le Kid de Georges Roy Hill avec Paul Newman et Robert Redford et le jeune Bob Dylan yes…

1962: la conquète de l’ouest de John Ford et Henry Hathaway avec Georges Marshall,Richard Thorpe, Henry Fonda,Gregory Peck et James Steward.

1960: Commando station de Budo Boetticher avec l’excellente Nancy Gates et Randolph Scott;

1960: Les 7 mercenaires de John Sturgess avec Yul Brynner et ses potes: Steve Mc Queen , Charles Bronson , Robert Vaughan Lee.

1959: Rio Bravo de Howard Hawks avec Angie Dickinson et l’incontournable paternaliste de service: John Wayne.

1958: Le gaucher ( the left handed) d’Arthur Penn avec Paul Newman.

1956: La prisonnière du désert ( the Searchers) de John Ford avec John W et la belle Nathalie Wood.

1956: La dernière chasse( the last hunt) de Richard Brooks avec Debrah Paget , Robert Taylor et Stewart Granger;

1955: La porte du Diable de Anthony Man avec James Stewart…

1954: Johny Guitar dont j’ai parlé plus haut;

1954: River of no return de Otto Premminger avec o la la! Marylin  Monroe et Robert Mitchum.

1953: L’Appât ( the naked Spur ) d’Anthony Man avec Janet Leigh, Robert Ryan et James Stewart.

1952: Le train sifflera trois fois ( High noon) de Fred Zinneman avec Grace Kelly, Gary Cooper er Lee van Cleef ( et se yeux étranges).

1950: La porte du diable ( Devil’s dorway) d’Anthony Man avec Robert Taylor et Paula Raymond.

1950: La flêche brisée ( broken arrow) de Elmer Daves avec Jaes Stewart et Debrah Paget.

1950: Winchester 73 , de Anthony Man avec Shelley Winters,Rock Hudson et James Stewart.

1948: La ville abandonnée de A.Wellman avec Gregory Peck et Richard Widmark.

1946: Duel au soleil de King Vidor avec Pearl Chavez , Gregory Peck et Joseph Cotten .

1946: My darling clementine de John Ford avec mon préféré Henry Fonda, linda Darnell et Victor  Mature.

d’excellents blogs :https://www.leblogducinema.com

http://www.christoblog.net/liste-des-blogs-cinéma-amateurs-et-individuels.html

Qui ne se souvient de l’incroyable “Breaking bad”série culte avec

Walter White

et Jesse Pinkman …

2008-En showrunner averti,Vince Gillian qui avait déjà oeuvré comme scénariste dans x-files, déroule ici le récit de la série culte emblématique Breaking bad avec ses trois saisons et trente six épisodes, avec en toile de fond la démesure de la drogue, de l’argent.

les personnages de cette fiction envoûtante sont Walter White (Brian Cranston) en chimiste dissimulateur,basculant dans le monde du crime, avec son acolythe Jesse Pinkman (Aaron Paul ) dealer et magouilleur paumé qui va vivre une véritable rédemption allant crescendo au fil des épisodes.

Avec Skyler ( Anna Gunn) l’épouse terrifiée puis complice d’un Walter aux abois, et leur fils Walter Jr en observateur médusé.Pas difficile d’imaginer les script doctors fiévreux , offrant à la série une cohérence minutieuse.Le conflit sous-jacent entre Walter et Jessie fut le fil conducteur de cet excellent drama.

Quelques cliffhangers bien distillés, nous ont tenu en haleine , spectateurs addicts dont je fus.les diffuseurs de l’époque AMS(us), Orange Cinemax, Arte (Fr) laissaient présager les incontournables plateformes à venir, HBO et notre actuel Netflix.

N’hésitez surtout pas à revisiter ou découvrir cette saga déjantée, me faire partager votre avis!

je reviendrai sur un choix de séries et de films, écclectiques à mon goût ; en cinéphage tellement heureux de pouvoir partager avec Vous tous ces moments intenses de cinéma.

 

Je ne pouvais pas vous quitter aujourd’hui sans faire un petit clin d’oeil à David Lynch et son “Blue Velvet” (1986 ).Vous vous souvenez bien sûr de la terrifiante séquence: du face à face d’Isabella Rossellini et Denis Hopper ! à bientôt +++