Marguerite Duras avec Sandrine Bonnaire et Erik Truffaz

Partager l'article
  •  
  •  
  • 4
  •  
  •  
  •  

Mise en scène classieuse de” l’homme atlantique” de Marguerite Duras par Sandrine Bonnaire , Erik Truffaz et Marcello Giulliani

L Image by © Sophie Bassouls/CORBIS SYGMA

-<<L’homme atlantique>> de l’écrivaine relate la lettre d’amour qu’elle envoie à Yan.Elle traite de la finitude de cet amour, perdu à peine naissant.

 “La pellicule s’est vidée.Elle est devenue noire.Et puis il a été 7 h du soir.Le 14 Juin 1981.Je me suis dit avoir aimé.” 

Quand le film, né lui-même de la bande son de son film préçédant <<Agathe et les lectures illimitées>> Marguerite Duras crée des images somptueuses qui ne se réaliseront pas par la suite, dans le récit, dans le texte. 

  • L’écrivaine a-t-elle voulu créer un pont ténu, une liaison intime entre l’oralité d’un texte et l’image cinématographique, entre le mot dans la plénitude de son silence et la musique ?
  • A-telle voulu traduire le mouvement continu entre le mot et sa musique,le lien entre le lecteur et le spectateur.
  • Sandrine Bonnaire incarne avec une voix habitée cette parole; qui plus est la musique épurée, aérienne: avec la trompette d’Erik Truffaz et de son fidèle bassiste Marcello Guilliani.

                                                                                                                 Silences, séquences cinématographiques noires, absences, implacabilité de l’élan amoureux et de la finitude de cet amour; comme deux êtres qui se cherchent: l’écriture et le cinéma dans une esthétique, une tentative sublime et désespérée que Marguerite Duras nous propose d’une manière si singulière.

Avec la basse élégante de Marcello, la voix ferme et engagée de Sandrine Bonnaire enfin ce chant singulier avec la trompette envoûtante d’Erik Truffaz , Merci à vous trois et à Marguerite Duras.

Le texte de Marguerite Duras m’est apparu comme un peu désespérant , avec cet univers sombre que nous lui connaissons bien sur; mais aussi avec ses mots qui se déclinent , en une poésie incisive, un style inimitable…

Le chien et le chat discutent, font des commentaires au sujet de Marguerite Duras

Auteur : Pierre Pascal Tissot

observer / commenter / proposer/ partager / réfléchir .

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.